en arrière
À propos de ville, notes de travail

À propos de ville, notes de travail

Invisibles à l’œil ignare, formes prestigieuses de vie submergée sont ici révélées ;

Pas par la pure joie d'une nature décorative, mais pour la méditation d'une nature “naturant” prodiges de vie partout.

Sereine vision, miroir d'eau douce, surface infinie de lac scintillant jusqu'à la première roche.

Ce voile, qui empêche au regard de l'homme de voir d'en bas, au contraire de trahir ce qui se cache, plutôt réfléchit le ciel, les nuages, les fantômes de l'atmosphère,

un mur de cristal qui sépare, lieu dans lequel le regard de l'homme ne pénètre pas sinon grâce à un objectif.

Pas besoin d'aller loin, à la recherche d'étranges lieux, de s'essayer en aventures,

ce monde nouveau plus singulier de ce qu'aucune fantaisie n’ait su faire semblant d'être en événements narrés, est à portée de main ;

Pour nous l'offrir, la nature ne demande que curiosité de connaître, simplicité d'esprit et cette sorte de dévotion religieuse qui ouvre les portes à chaque forme de connaissance plus intimement vécue, qui enveloppe l’oeil et l’esprit de qui sait regarder, de qui prête oreille, dans une sorte de cercle magique où l’on perçoit la curieuse beauté de ces formes dans lesquelles la vie s'incarne.

Destins unis au-delà du mur de cristal qui de manière élusive réfléchit les fantômes du ciel.

Ulrico Hoepli